11 avril 2007

Les étrangers se prennent la porte dans la gueule



Cet article paru dans le financial time –tiens pas dans les médias thaïlandais ?- est une analyse intéressante, loin des clichés de la situation actuelle de la Thaïlande suite au coup.

L’occasion aussi de dénoncer la censure thaïlandaise, qui sous prétexte de défendre l’intégrité du roi (suite à une vidéo humoristique sur Youtube), en profite pour fermer l’accès à de nombreux sites parlant –sans même dire critiquant- le régime martial. Dans le lot des sites Singapouriens d’information financière (tiens tiens, la guéguerre continue entre les tanks rouillés et les beaux satellites tout neufs)

Copyright The Financial Times Limited 2007
Le soleil se couche sur une ère dorée pour les travailleurs étrangers.

Par William Barnes
Édité : 22 mars 2007 04:22 | Dernier mis à jour : 22 mars 2007 04:22

Marquez Greenwood, le premier courtier de bourse étranger en Thaïlande, affirme qu'il veut toujours mourir dans le pays. Mais il n'est pas sûr qu’il veuille continuer à vivre là.

« Je pense que les gens comme moi ont la sensation qu’on leur a claqué la porte dans la figure, » indique M. Greenwood, maintenant un homme d'affaires. Les « étrangers ont apporté d'énormes contributions vers la Thaïlande, mais les messages que nous recevons maintenant sont que Thaïs n'a pas besoin de nous ou ne nous veulent pas. »

Quand Thaksin Shinawatra, l'ancien premier ministre thaï, a vendu l'année dernière son empire au bras d'investissement de l'état de Singapour, M. Greenwood a écrit une note de recherches disant que c'était une occasion pour que la Thaïlande règle le délicat problème de de la propriété étrangère.

« Il était évident, après la vente, que la Thaïlande allait devoir affronter ses démons. J'ai pensé que l'intelligentsia thaïe se rendrait compte de la nécessité du savoir-faire étranger, mais cela ne s'est pas produit » dit-il.

Les milliers de compagnies contrôlées par des étrangers ont employé des échappatoires légales pour déborder des lois contre la propriété étrangère, mais la vente de $1.9bn de l’empire Shinawatra était trop importante et trop controversée pour désormais l'ignorer. La junte militaire qui a évincé M. Thaksin dans un coup en septembre passé, et son lot de fonctionnaires retraités, a averti que les adaptations légales étaient inacceptables, bien qu'elle soit peu claire sur les lois qu’elle envisageait pour les « étrangers ».

Le consensus parmi les cadres étrangers expérimentés est qu'une élite thaïe plus ancienne essaye de ralentir, peut-être inversé le développement des sociétés étrangères.

« Tandis que le reste de l'Asie semble se déplacer de plus en plus rapidement, la Thaïlande veut se protéger contre les étrangers. Pensez-vous qu’un cadre ambitieux pense maintenant que quelques années en Thaïlande enrichiront son cv, ou qu’il veuille aller en Chine ou au Vietnam ? » dit Anthony Ainsworth des chasseurs de têtes Richard Glynn.
M. Ainsworth dit que les Philippines devrait servir d’exemple, même au thaïlandais les plus chauvins: elle était l'économie la plus dynamique dans région il y a un demi-siècle puis a progressivement rétrogradée jusqu’à être désormais regardée de loin.

La junte militaire thaïe a dit qu'elle organiserait des élections nationales après avoir promu une nouvelle constitution conçue pour bloquer un autre » dictateur parlementaire ». Le prochain gouvernement civil est susceptible d'être plus favorablement disposé face aux investisseurs étrangers que les généraux régnants d'aujourd'hui.
Ceci semble être de peu de réconfort pour les cadres étrangers qui disent que le fiasco du nouvel aéroport, une insurrection musulmane de plus en plus violente dans les sud profonds et les scandales continus de corruption ne sont pas les signes d'un redémarrage économique, perturbé lui-même pour la concurrence régionale féroce.


La directrice étrangère d’une banque locale a rappelée comment la technologie et l'expertise occidentales modernes étaient cruciales en préservant l'indépendance thaïe même sous la vieille monarchie absolue, en fin du 19me et début du 20ème siècle.
« C'est le plus mauvais moment pour des étrangers dans la mémoire récente. Les Thaïs ont chaque droit de se débarrassé des ruffians, mais les personnes responsables maintenant ne semblent pas comprendre que sans savoir-faire étranger ce pays va avoir un moment très difficile, » affirme ce banquier.

La Thaïlande maintient sa réputation de qualité de vie parmi les cadres et ceux ci savent, au moins pour ceux qui ne fréquentent pas les quartiers chauds, qu'il flotte au-dessus des couches de culture très conservatrice.
« C'est toujours un endroit agréable à vivre, mais je ne pense pas que nous pourrions louer un analyste sénior en 'investissement étranger sans payer un salaire ridicule. Personne de sérieux au sujet de l'Asie ne veut travailler en Thaïlande en ce moment, » dit Gillem Tulloch, du cabinet de chasseur de tête CLSA.

Ce qui semble étonner beaucoup de cadres est que la Thaïlande devrait passer par une phase introspective à un moment où la Chine, le Vietnam et même l'Inde s'ouvrent aux étrangers.
« J'ai été un promoteur éhonté pour la Thaïlande pendant 20 années, mais je suis dégouté franchement par ce qui arrive, » dit M. Greenwood.

Le cabinet immobilier CB Richard Ellis, consultants en matière de propriété, indiquent qu'il n'y a aucune preuve aujourd’hui d’un exode de Thaïlande : le nombre d'étrangers avec des permis de travail à Bangkok a cru l'année dernière de 12.5 pour cent à 67.412, légèrement moins que les 13.4 pour cent de croissance en 2005. (Il y avait 54.679 étrangers avec des permis de travail à Bangkok extérieur en 2006.)

Pourtant James Pitchon, le directeur de l'agence en Thaïlande, indique que les signes de ralentissement et de confusion peuvent commencer à se faire sentir.

L'augmentation de l'espace occupé de bureau a ralenti à 200.000 m carré au cours de la dernière année capitale, d'une addition annuelle moyenne de 300.000 m carré plus de 2000-20005.
Il y avait également une baisse de 30 pour cent dans des ventes de terre sur les domaines industriels l'année dernière.
Les étrangers déjà ici ne seront pas facilement délogés parce qu'ils jouent des rôles essentiels dans l’automobile et dans l'industrie du tourisme, confirme M. Pitchon.


Ainsi la Thaïlande devrait-elle être inquiétée ? Oui, selon Rebecca Bustamente, le président de Chalré s'associe, une société de recrutement à Manille.
« Les Philippines est maintenant en croissance et regarde comment la Thaïlande dégringole. Nos clients disent qu'ils sont confus au sujet de la Thaïlande, » dit Mme. Bustamente.

L’insulte finale : être réconforté par le sous-performant éternel de l'Asie.

2 commentaires:

ricou a dit…

cela fait plaisir a lire , a en croire tous les soi disants specialistes de forum on aurait vite de croire que la thailande est le paradis sur terre , cela a la merite de creer un equilibre , quant a ton sujet sur la barbarie faite a cette prauvre prostituée : accablant

kca a dit…

Magnifique article, je ne pensais pas que la situation en Thaïlande etait a ce point la.

Par contre ce qui me rend curieux, est que l' intelligentsia Thai soit plus preocuper par les entrepreneurs étrangers que par ses touristes domicilier a Nana... Ils croivent qu'ils vont maintenir la croissance a coup leurs assistantes sociales ou quoi?

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin

Ma liste de blogs