12 septembre 2010

Birmans, corruption policière et prostitution

La police Thailandaise est une corporation -au sens anglo saxon du terme- extrêmement profitable avec une organisation laissant peu de place au respect de la dignité humaine, l'article suivant en est un exemple de plus.

Article publié dans le South Morning Post
http://www.mekongmigration.org/?p=765


II’s merry-go-round of misery in Thailand, South China Morning Post

Myanmese tell how authorities profit from human smuggling they are meant to stop
THAILAND
Chutima Sidasathian and Alan Morison in Ranong and Phuket
Sep 07, 2010

When teenage Myanmese prostitute Mo encountered police in Thailand, she was entitled to expect arrest and deportation. But she claims that what she got instead was a job working in a seedy bar, owned by a local police officer. From the age of about 14, she sold sex in the bar in the border town of Ranong, for 350 baht (HK$86) a time. Of that, 125 baht went to the pimp policeman. Mo says 100 baht went to immigration officers.
Now 17, Mo and fellow Myanmese illegal immigrant Ae, 23, have described how Thai officials in Ranong have systematically profited from the human smuggling they are supposed to be battling. They have described how the process of deportation of illegal Myanmese immigrants in Ranong is a sham, with Thai police and other officials using the act of expulsion as an opportunity to sell them by the boatload back to people smugglers.
Instead of being sent back to Myanmar when their “deportation” boat takes them from Thai soil across the Kraburi River, the Myanmese are transferred midstream onto the waiting boats of snakeheads who simply ferry them back to Thailand.
Their claims and descriptions of the process have been endorsed by an authoritative and official source in the region, who requested anonymity, as well as by activists working on behalf of Myanmese immigrants. These sources suggest that the trade involves thousands of Myanmese each year.
The colonel in charge of immigration at Ranong said all questions to him would first have to be vetted by his superior officer in Bangkok. No other comment was provided.
Mo and Ae, whose names have been changed for this article, made contact with the South China Morning Post) in Ranong via contacts in the Myanmese community. Their account is timely - the International Anti-Corruption Conference, attracting about 1,500 delegates from around the world, convenes in Bangkok in November, and Thailand’s Sihasak Phuangketkeow is the current president of the UN Human Rights Council.
The pair described their life together on the run from police and immigration authorities, a life in which almost every interaction with the Thai authorities is corrupt, or predatory, or both.
“A patrol policeman pulled me up in Ranong one night,” says Ae, describing a typical encounter. “I told him I didn’t have an [ID] card. He asked for 5,000 baht, but I said I didn’t have that kind of money. `If you sleep with me, I won’t send you to the police station,’ he said. Eventually, he took 1,500 baht.”
Adisorn Kerdmongkon, a research officer for the International Rescue Committee non-governmental organisation, said systemic corruption prospered in Thailand because of lack of government intervention. “The opportunity is there for immigration officials to make money as long as there are no representatives from Burma to take charge of the people being returned,” he said. “We know there is corruption in the process. The immigrants can simply come back again, and they do in large numbers.”
Mo says she is an orphan. She has no memories of her parents and was raised by a woman in Victoria Point, the Myanmese town closest to Ranong across the Kraburi River. For as long as she can remember, she has been beholden to the illicit trade in Myanmese immigrants.
“When I was six years old, I was brought to Thailand by the woman who took care of me after my mother and father died. She took me to Chumphon province, where she worked in a fish factory,” Mo says.
“But when I was 13, she sold me to the owner of a karaoke bar for 70,000 baht. I was paid 4,000 baht a month, but my salary went to the woman who sold me. I served beer and cleaned the shop and sat with the customers. If customers gave me a tip, I was able to keep that. I told the owner I wanted to leave, but he said he had paid for me, so I couldn’t. I ran away. I met a Burmese man who was kind to me and got me a job in a fish factory.”
Mo says that all went well for a year, when she was befriended by the older Ae. The friends decided to head to Ranong, but before they could make their way out of Chumphon, they were stopped by a policeman on the street. “The policeman asked for 7,000 baht from each of us; he said that would mean he could let us go. Ae didn’t have money, but I had saved some and we negotiated my price down to 3,000 baht.”
Mo was freed, but Ae says she remained in police custody for a month before she was sent with a truckload of fellow Myanmese to Ranong. Ae said immigration officers in Ranong again demanded cash from her to allow her to stay, but she didn’t have enough and was sent back to Victoria Point. “When I had some money, I headed back to Thailand on a one-week temporary pass card. Since then, I haven’t gone back [to Myanmar].”
Mo had headed for Ranong. “I had no job, and no money, so I decided to go to Soi 3 [Ranong’s brothel zone]. I worked there for a policeman [who owned a bar]. He kept my Burmese ID card. I was paid 350 baht for every time I had sex. The owner got 125 baht and immigration got 100 baht. I had to work every day, with four or five customers some days.”
Mo says she ran away and met up with Ae, but the policeman bar owner had someone hunt them down and forced Mo back to work.
Later, Mo thought she had finally made good her escape when she fell sick and was admitted to Ranong Hospital; when she checked out she went with Ae to stay with a friend. But, as had happened so many times before, Mo encountered a policeman who was determined to profit from her. “When we meet the police, they always ask for money,” Ae says.
Says Mo: “I was stopped by a patrol policeman and told him that my ID card was with the owner of the bar in Soi 3. The patrol policeman wanted 2,000 baht but I couldn’t pay, so he took me to the police station. In court, I was fined 2,000 baht, which meant that I had to serve 10 days in jail instead, at 200 baht a day. After that, I was sent to the immigration detention centre.
“A woman came to see me and asked, `Anyone come to pay for you yet?’ I said no. The woman paid 1,500 baht for me to immigration officers, and took me and 20 women and about 30 men in a truck. We were put on two boats, one for men and one for women. We were all banded around the wrist.”
It was then that the fake deportation took place, as the boats headed for Victoria Point on the Myanmar side. “Close to Victoria Point, a long-tail boat came to meet us,” says Mo. “The man in the boat had a list of the people he was taking. Four other girls and I got on the boat and were taken back to Thailand. Everybody else on board the big boats was transferred to different small boats.
“We never saw any Burmese authorities. I know we were taken back to Thailand, but I don’t know exactly where. The woman who paid 1,500 baht for me was waiting again at the pier. We were taken in a minivan to work at Kraburi district in a rubber plantation. After six weeks, the woman told me she was looking for a husband for me. I befriended a man who took me shopping at a local market, but when I had the chance I ran away with 1,000 baht in shopping money. I caught a bus to Ranong and met Ae again.”
Paradoxically, the Thai officials’ involvement in the human smuggling process meets with the approval of Ae and Mo; they consider being sold into sexual slavery or forced to work in shrimp factories better outcomes than being deported into the hands of Myanmese officials, who impose long jail terms and sometimes brutal punishment.
But their treatment in Thailand has been nothing short of brutal, too.
“I remember the time when three men came looking for Mo at my place,” says Ae. “They did not find her, because she was staying with my friend. That was safer. The men beat me and took me up to a hill. I thought they were going to kill me because I wouldn’t tell them where Mo was. Then they took me to a bar in Soi 3 and handcuffed me to a table. The handcuffs were not very good so I managed to escape.”
Thai human rights lawyer Nassir Achwarin said Myanmese like Ae and Mo were constantly victims of corruption at the hands of immigration officials and police at border points. “It’s an ongoing abuse that the government fails to act to prevent,” he said. “It’s time the government acknowledged the problem and stepped in to do something about it.”
Ae concurs. “In the daytime, I am not scared if someone spots me. Night is different, because it’s more dangerous. The police here make money on Burmese any time, all the time. Even people with legal documents are sometimes told they will be framed and have drugs planted on them if they do not pay up.” 

 Traduction plus qu'approximative:

Le manège de la misère en Thaïlande, South China Morning Post


Chutima Sidasathian et Alan Morison Ranong et à Phuket
7 septembre 2010

Quand la prostituée birmane adolescente MOIS a rencontré la police en Thaïlande, elle s'attendait à une arrestation et à la déportation. Mais elle réclame que ce qui a obtenu à la place elle était un travail fonctionnant dans une bar minable, possédée par un policier local. De l'âge environ de 14, elle a vendu le sexe dans la barre dans la ville frontalière de Ranong, pour le baht 350 (HK$86) un moment. Du ce, le baht 125 est allé au policier de souteneur. Le MOIS indique que le baht 100 sont allés aux dirigeants d'immigration.
Maintenant 17, MOIS et immigrant illégal semblable EA, 23 de Myanmese, ont décrit comment les fonctionnaires thaïs dans Ranong ont systématiquement profité de la contrebande humaine qu'ils sont censés lutter. Ils ont décrit comment le processus de la déportation des immigrés illégaux de Myanmese dans Ranong est une feinte, avec la police thaïe et d'autres fonctionnaires employant l'acte de l'expulsion comme occasion de les vendre par la cargaison de nouveau aux contrebandières de personnes.
Au lieu de l'renvoi à Myanmar quand leur bateau de « déportation » les prend du sol thaï à travers le fleuve de Kraburi, le Myanmese sont milieu du courant transféré sur les bateaux de attente des snakeheads qui les transportent en bac simplement de nouveau à la Thaïlande.
Leurs réclamations et descriptions du processus ont été approuvées par une source bien fondée et officielle dans la région, qui a demandé l'anonymat, aussi bien que par des activistes travaillant au nom des immigrés de Myanmese. Ces sources suggèrent que le commerce implique des milliers de Myanmese tous les ans.
Le colonel responsable de l'immigration chez Ranong a dit que toutes les questions à lui devraient la première fois être contrôlées par son dirigeant supérieur à Bangkok. Aucun autre commentaire n'a été fourni.
Le MOIS et les EA, dont les noms ont été changés pour cet article, ont établi le contact avec South China Morning Post) dans Ranong par l'intermédiaire des contacts dans la communauté de Myanmese. Leur compte est opportun - la conférence Anti-Corruption internationale, attirant environ 1.500 délégués de partout dans le monde, s'assemble à Bangkok en novembre, et Sihasak Phuangketkeow de la Thaïlande est le président courant du Conseil de droits de l'homme de l'ONU.
Les paires ont décrit leur vie ensemble sur la course des autorités de police et d'immigration, une vie l'où presque chaque interaction avec les autorités thaïes est corrompue, ou prédateur, ou tous les deux.
« Un policier de patrouille m'a tiré vers le haut dans Ranong pendant une nuit, » dit les EA, décrivant une rencontre typique. « Je lui ai dit que je n'ai pas eu une carte [identification]. Il a demandé le baht 5.000, mais j'ai dit que je n'ai pas eu ce genre d'argent. `Si vous dormez avec moi, je ne vous enverrai pas au commissariat de police, 'il a dit. Par la suite, il a pris le baht 1.500. »
Adisorn Kerdmongkon, un dirigeant de recherches pour l'organisation non gouvernementale du Comité international de délivrance, a indiqué que la corruption systémique a prospéré en Thaïlande en raison du manque d'intervention du gouvernement. « L'occasion est là pour que les fonctionnaires d'immigration gagnent l'argent tant que il n'y a aucun représentant de Birmanie pour prendre la charge des personnes étant retournées, » il a dit. « Nous savons qu'il y a de corruption dans le processus. Les immigrés peuvent simplement revenir encore, et ils font dans de grands nombres. »
Le MOIS indique qu'elle est une orpheline. Elle n'a aucune mémoire de ses parents et a été augmentée par un femme au point de Victoria, la ville de Myanmese la plus proche de Ranong à travers le fleuve de Kraburi. Pour tant que elle peut se rappeler, elle a été redevable aux échanges illicites des immigrés de Myanmese.
« Quand j'étais six années, j'ai été amené en Thaïlande par le femme qui a pris soin de moi après que ma mère et père soient morts. Elle m'a porté à la province de Chumphon, où elle a travaillé dans un usine de traitement du poisson, » MOIS dit.
« Mais quand j'avais 13 ans, elle m'a vendu au propriétaire d'un bar karaoke pour le baht 70.000. J'étais le baht 4.000 payé par mois, mais mon salaire est allé à la femme qui m'a vendu. J'ai servi la bière et ai nettoyé le magasin et me suis assis avec les clients. Si les clients me donnaient un bout, je pouvais garder cela. J'ai dit le propriétaire que j'ai voulu laisser, mais il a dit qu'il avait payé moi, ainsi je ne pourrais pas. J'ai couru loin. J'ai rencontré un homme birman qui était aimable avec moi et m'ai obtenu un travail dans un usine de traitement du poisson. »
Le MOIS indique que tout est bien allé pendant une année, quand elle a été traitée en ami par les EA plus âgés. Les amis ont décidé de se diriger à Ranong, mais avant qu'ils pourraient faire leur sortie de Chumphon, ils ont été arrêtés par un policier sur la rue. « Le policier a demandé le baht 7.000 de chacun de nous ; il a dit que qui voudrait dire il pourrait nous laisser partir. Les EA n'ont pas eu l'argent, mais j'en avais épargné et nous avons négocié mon prix vers le bas au baht 3.000. »
Le MOIS a été libéré, mais les EA disent qu'elle est restée dans la garde de police pendant un mois avant qu'elle ait été envoyée avec un chargement de camion de Myanmese semblable à Ranong. Les EA ont dit que des dirigeants d'immigration dans Ranong a encore exigé l'argent comptant de elle pour lui permettre de rester, mais elle n'a pas eu asse'et a été renvoyée au point de Victoria. « Quand j'ai eu une certaine somme d'argent, je me suis dirigé de nouveau à la Thaïlande sur une carte provisoire d'une semaine de passage. Depuis lors, je n'ai pas retourné [à Myanmar]. »
Le MOIS s'était dirigé pour Ranong. « Je n'ai eu aucun travail, et aucun argent, ainsi j'ai décidé d'aller à Soi 3 [zone du bordel de Ranong]. J'ai travaillé là pour un policier [qui a possédé une barre]. Il a gardé ma carte birmanne d'identification. J'étais le baht 350 payé pour chaque fois que j'ai eu le sexe. Le propriétaire a obtenu 125 baht et l'immigration a obtenu le baht 100. J'ai dû travailler journalier, avec quatre ou cinq clients quelques jours. »
Le MOIS indique qu'elle a couru loin et a rencontré les EA, mais le propriétaire de barre de policier a fait les chasser à quelqu'un avalent et MOIS obligatoire de nouveau au travail.
Plus tard, le MOIS a pensé qu'elle avait finalement réparé son évasion quand elle est tombée malade et a été admise à l'hôpital de Ranong ; quand elle a vérifié elle est allée avec les EA rester avec un ami. Mais, car eu produit tant de fois avant, le MOIS a rencontré un policier qui a été déterminé pour profiter à partir de elle. « Quand nous rencontrons la police, elles demandent toujours l'argent, » les EA disent.
Dit le MOIS : « J'ai été arrêté par un policier de patrouille et lui ai dit que ma carte d'identification était avec le propriétaire de la barre dans Soi 3. Le policier de patrouille a voulu le baht 2.000 mais je ne pourrais pas payer, ainsi il m'a porté au commissariat de police. Devant le tribunal, j'ai été condamné à le baht 2.000, qui a signifié que j'ai dû servir 10 jours en prison à la place, au baht 200 par jour. Après cela, j'ai été envoyé au centre de détention d'immigration.
« Un femme est venu pour me voir et a demandé, `que n'importe qui viennent pour payer vous encore ? 'J'ai dit le numéro. Le femme a versé le baht 1.500 moi sur des dirigeants d'immigration, et a pris moi et 20 femmes et environ 30 hommes dans un camion. Nous avons été mis sur deux bateaux, un pour les hommes et un pour des femmes. Nous tous avons été réunis autour du poignet. »
C'était alors que la déportation fausse a eu lieu, car les bateaux se sont dirigés pour le point de Victoria du côté de Myanmar. « Près du point de Victoria, un bateau de long-queue est venu pour nous rencontrer, » dit le MOIS. « L'homme dans le bateau a eu une liste des personnes qu'il prenait. Quatre autres filles et moi sommes montées dans le bateau et avons été prises de nouveau à la Thaïlande. Tout le monde à bord des grands bateaux a été transféré autrement à différents petits bateaux.
« Nous n'avons jamais vu aucune autorité birmanne. Je sais que nous avons été pris de nouveau à la Thaïlande, mais je ne sais pas exactement où. Le femme qui a payé le baht 1.500 moi attendait encore au pilier. Nous avons été rentrés un monospace à travailler à la zone de Kraburi dans une plantation en caoutchouc. Après six semaines, la femme m'a dit qu'elle recherchait un mari pour moi. J'ai traité en ami un homme qui m'a pris des achats à un marché local, mais quand j'ai eu la chance j'ai couru loin avec le baht 1.000 en argent d'achats. J'ai attrapé un autobus à Ranong et ai rencontré les EA encore. »
Paradoxalement, la participation des fonctionnaires thaïs dans le procédé humain de contrebande rencontre l'approbation des EA et du MOIS ; ils envisagent d'être vendue dans l'esclavage sexuel ou d'être forcés de travailler dans des résultats d'usines de crevette mieux qu'étant expulsé dans les mains des fonctionnaires de Myanmese, qui imposent de longues peines d'emprisonnement et punition parfois brutale.
Mais leur traitement en Thaïlande n'a été rien sous peu de brutal, aussi.
« Je me rappelle le moment où trois hommes sont venus recherchant le MOIS à mon endroit, » dit les EA. « Ils ne l'ont pas trouvée, parce qu'elle restait avec mon ami. C'était plus sûr. Les hommes m'ont battu et m'ont pris jusqu'à une colline. J'ai pensé qu'ils allaient me tuer parce que je ne leur dirais pas où le MOIS était. Alors ils m'ont pris à une barre dans Soi 3 et m'ont menotté à une table. Les menottes n'étaient pas très bonnes ainsi je suis parvenu à m'échapper. »
L'avocat thaï Nassir Achwarin de droits de l'homme a dit Myanmese comme les EA et le MOIS étaient constamment des victimes de la corruption aux mains des fonctionnaires d'immigration et de la police aux points de frontière. « C'est un abus continu que le gouvernement n'agit pas d'empêcher, » il a dit. « Il est temps où le gouvernement a reconnu le problème et a intervenu pour faire quelque chose à son sujet. »
Les EA concourent. « Pendant la journée, je ne suis pas effrayé si quelqu'un me repère. La nuit est différente, parce qu'il est plus dangereux. La police ici gagne l'argent sur le Birman n'importe quand, toute l'heure. Même les gens avec les documents juridiques sont parfois dits qu'ils seront encadrés et avoir des drogues plantées sur elles s'ils ne payent pas vers le haut. »

2 commentaires:

transitaire thailande a dit…

La police, l'armé et l'etat sont tellement lié, et le niveau de salaire des policiers n'etant pas élevé, la corruption fait rage..

มือถือ a dit…

smartphone

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin

Ma liste de blogs