12 septembre 2010

Bouddhisme sur fond de racisme


Le Bouddhisme comme religion de tolérance? Pas forcément. Voici un article publié dans le Nation de dimanche dernier. http://www.nationmultimedia.com/search/read.php?newsid=30137292


Bouddhiste interdit de prière
Comme hier, c'était mon 65e anniversaire, avec ma femme et sa mère nous avons décidé d'aller au Wat Phra Kaew pour prier. Je suis un professeur à l'Université Dhurakij Pundit. J'ai aussi une réputation de premier plan mondial en tant que auteur et stratège.
Même si je suis un citoyen australien, je vis à Bangkok depuis cinq ans. Ma femme est thaïlandaise. J'ai un permis de travail. Je paie des impôts ici. J'ai aussi la chance d'avoir été un bouddhiste pratiquant depuis 45 ans.
Imaginez l'embarras que j'ai ressenti quand j'ai été interdit d'entrer dans la salle de prière au Wat Phra Kaew. Pourquoi? Parce que, selon le signe à la porte d'entrée et la couleur de ma peau, je suis un étranger et je ne peux donc pas être bouddhiste. La seule chose que ma femme et moi voulions faire était de prier ensemble pour mon anniversaire. M'interdire de pratiquer ma religion dans le wat le plus important de Thaïlande pour les raisons invoquées est tout simplement raciste. L'hypothèse selon laquelle un étranger ne saurait être un bouddhiste pratiquant est une idée nationaliste d'un genre que j'ai rarement vécu dans un autre pays.
Aujourd'hui, je ne me sens plus bienvenue en Thaïlande. Mes nombreux amis et collègues thaïlandais sont également embarrassés. Un simple acte d'agression passive envers moi m'a laissé sentir un étranger dans un pays que j'aime et a adopté comme le mien. J'espère sincèrement que les Thaïlandais vont rapidement venus à comprendre qu'ils n'ont aucun droit de propriété sur la religion bouddhiste. Par ailleurs, me refuser l'accès à la salle de prière aujourd'hui est le contraire de ce qui est si souvent réclamé par les Thaïlandais - que, dans cette terre, nous sommes libres de pratiquer notre religion. Il est clair que ces mots n'ont aucun sens.
Richard David Hames
Bangkok




Practising Buddhist barred from a prayer room
As yesterday was my 65th birthday, my wife, her mother and I decided to go to Wat Phra Kaew to make merit. I am a professor at Dhurakij Pundit University. I also have a prominent global reputation as an author and strategist.
Although I am an Australian citizen I have lived in Bangkok for five years. It is not just where I stay, it is my home. My wife is Thai. I have a work permit. I pay taxes here. I also happen to have been a practising Buddhist for the past 45 years.
Imagine the embarrassment I felt when I was forbidden to enter the prayer hall at Wat Phra Kaew. Why? Because, according to the sign at the entrance door and the colour of my skin, I am a foreigner and therefore cannot possibly be a Buddhist as well. The only thing my wife and I wanted to do was to pray together on my birthday. Not allowing me to practise my religion in the most important wat in Thailand for the reasons given are simply racist. The assumption that a foreigner cannot possibly be a practising Buddhist is nationalistic hubris of a kind I have rarely experienced in any other country.
Today I no longer feel welcome in Thailand. My many Thai friends and colleagues are equally embarrassed. A simple act of passive aggression towards me has left me feeling a stranger in a land I love and had adopted as my own. I sincerely hope that Thais will rapidly come to understand that they have no rights of ownership over the Buddhist religion. Furthermore to deny me access to the prayer hall today is the opposite of what is so often claimed by Thais - that in this land we are free to practise our own religion. Clearly those words are meaningless.
Richard David Hames
Bangkok

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin

Ma liste de blogs