09 février 2013

Rohingya en Thailande

 

Article sur la vie d'un réfugié Rodhibgya en Thaïlande
http://www.bangkokpost.com/feature/people/334138/still-seeking-shelter 


(Fixe) cherchant un abri

Un homme qui a fui le Myanmar dit du visage Rohingya lutte sans fin pour trouver un endroit pour appeler à la maison

Noor Muhamad avait à peine 10 ans quand un soldat se mit en colère et utilisé la boucle de sa ceinture de le fouetter, causant une blessure qui jaillit et laissant une marque qu'il porte toujours sur son dos.
Ayant vécu en Thaïlande pendant 25 ans, Noor Muhamad, un Rohingya musulman, est encore dans un état d'incertitude et de transit permanent. (Photo par Thanarak Khoonton)
Né dans une famille de la classe moyenne agricole, il se rappelle comment, enfant, soldats emprisonné à tort femmes et des enfants pour des crimes qu'ils n'ont pas commis.
Noor parfois réussi à convaincre les soldats de l'emmener à leur place.
Comme tant d'autres musulmans Rohingya, Noor a fui la persécution dans ce qui était sa maison au Myanmar à Bangkok pendant le soulèvement étudiant du Myanmar en 1988. Ici, il a dû faire face à une sorte de l'éphémère permanent, en dépit de sa carte d'immigration blanche, et la suspicion risques, et même des démêlés avec les autorités thaïlandaises.
Chaque matin, Noor, qui a l'air joyeux et heureux, sort dans les rues de Ramkhamhaeng à colporter des crêpes indiennes ou roti, sur sa charrette à bras, ekeing sur sa vie et l'espoir d'un avenir meilleur pour lui et pour son peuple à la dérive dans le vide _ des cas d'apatridie ou, pire, de l'itinérance.
"En grandissant dans l'État de Rakhine au Myanmar, ma famille ont été soumis à toutes les formes de persécution pour être qui nous sommes. Exécution des autorités est devenue partie intégrante d'être un Rohingya, peu importe où nous sommes», at-il dit.
Noor dit que ses luttes personnelles à ce jour ne sont rien comparé à ce que les membres de son groupe ethnique sont confrontés. Cela a fait de lui d'autant plus reconnaissant de l'occasion pour appeler la Thaïlande son abri temporaire _ perpétuellement temporaire peut _ malgré les adversités. Néanmoins, il s'est battu bec et ongles pour vivre une existence dans la société thaïlandaise qui, dit-il, est digne d'un être humain.
Ses yeux rapidement et de larmes quand il affiche fièrement un calendrier de poche avec une photo de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej, donné à lui par un organisme de bienfaisance sous le patronage royal qui il fait du bénévolat avec.
Retour au Myanmar, de nombreux Rohingya sont considérés officiellement apatride par le gouvernement _ en dépit du fait qu'ils y ont vécu et peiné de la terre depuis des siècles. Depuis les premiers souvenirs Noor, il a dit que son sort sont des immigrants illégaux en provenance du Bangladesh, ainsi refuser la citoyenneté. Durant son enfance, il rappelle le sens de l'inquiétude qu'il ressentait chaque fois que les soldats ont défilé devant sa ferme familiale dans l'État de Rakhine, pour que seul but de mauvaises nouvelles sous la forme de violence physique, détention forcée ou d'avoir des sacs de produits de la ferme emmenés de force.
Muhamad Noor photo de famille du. Il ne vit pas avec sa femme et ses enfants. (Photo par Thanarak Khoonton)
"La flambée actuelle des boat people Rohingyas fuient leur patrie n'est pas un phénomène nouveau», a déclaré Noor.Quand ses espoirs d'obtenir le statut de réfugié disparu, il n'avait pas d'autre choix que de rester en Thaïlande. Les 25 années qui se sont écoulées depuis peut mieux être décrit comme tumultueuse, marquée par avoir à jouer à cache-cache avec la police d'immigration thaïlandais.
«Mon destin semble pas mieux loti que celui de mes frères Rohingya aujourd'hui. Rohingya sont un peuple oublié. Je peux me mettre à leur place parce que j'ai aussi vivre dans la peur constante d'être pris par les autorités thaïlandaises, qui me regardent comme un acte illégal migrants. Certains ont même coup de pied et me battre, pour ne pas mentionner prendre l'argent de moi quand l'occasion se présente. "
Et pourtant, il ya aussi d'autres possibilités, plus lumineuses.Pour battre les cotes établies contre lui, Noor a commencé à faire du bénévolat à des organismes de bienfaisance, en cas d'inondation de programmes dans des orphelinats.
'' J'espère que l'acte constituerait une impression positive des Rohingyas avec les habitants, et de briser les stéréotypes qu'ils pourraient avoir sur nous,'' dit-il.
Son attitude humble, nature poli et la volonté d'aider fait de lui un hit avec tous ceux qu'il a rencontrés _ et aussi avec les habitués de son roti pousseur.
Quand ils ont besoin d'un coup de main, la charité l'invite à venir assister, par exemple lors des inondations de grande de 2011. Comme une forme de reconnaissance, ils lui ont donné un certificat d'appréciation à chaque fois il a pris part.
Pour Noor, à tout le moins le papier sert des informations d'identification avec lesquelles relancer sa confiance en soi pour vivre avec la tête haute dans la société. Cette passion pour s'impliquer dans des causes charitables ont également joué un rôle essentiel dans l'année dernière lui permettant de recevoir une carte d'identité provisoire.
Malgré son statut, Noor parle aussi de la façon dont il a réalisé son penchant pour les arts martiaux et d'agir quand il a décroché un emploi comme un coup supplémentaire dans une poignée de films thaïlandais. Il a également résigné au fait que les gens lui priver de son droit agit parce qu'ils savent qu'il ne peut pas défendre ses droits. Une telle ambiguïté _ Noor regarde comme _ la fois bon et mauvais semble caractériser les limbes plupart des Rohingyas ont à supporter.
Au cours du déjeuner _ Noor lentilles cuites et les épices indiennes _ il parlait avec nostalgie de son enfance dans l'État de Rakhine.
La situation est toujours complexe. Noor personnalité et sa volonté a eu lui la connaissance d'une certaine branche de l'application de la législation thaïlandaise et les médias, qui l'utilisent pour faire le point sur les derniers développements de la crise Rohingya migrants. Avec son thaïlandaise parlée assez compétent, il double également comme traductrice lorsque le besoin s'en fait sentir.
Malheureusement, cela n'a pas fait grand chose pour dissuader la corruption des policiers de lui extorquer de l'argent.
'' Je suis toujours ramassé par la police'', a déclaré Noor. '' On m'a dit que l'ID blanc que j'ai ne me donne pas le droit de résider légalement en Thaïlande. Donc, c'est le retour à jouer au chat et à la souris avec la police, une situation qui a maintenu depuis que j'ai mis les pieds en Thaïlande.
'' Jusqu'à présent, j'ai eu 10 graves démêlés avec la police de l'immigration, qui, une fois donné lieu à ma déportation vers la ville frontière entre la Thaïlande et le Myanmar de Mae Sot. Avant ils nous ont laissés dans la forêt, ils physiquement abusé de nous.''
Plus que la douleur physique, les ecchymoses laissées par le passage à tabac lui rappelait sa torture aux mains des soldats du Myanmar au cours de son enfance.
Être un membre actif des Birmans Rohingyas-Muslim Association of Thailand _ ainsi que son travail d'informateur _ ont mis le bien-être de sa femme et ses deux enfants, qui vivent à Mae Sot, en danger, car il est désormais étroitement surveillé par le Myanmar autorités.
Pour leur protection, il reste en contact par téléphone. Les dernières tentatives faites Noor temps pour réunir avec sa famille il ya quatre ans quand, selon lui, il était presque arrêté lors d'un migrant en situation irrégulière round-up à Mae Sot. Pas un jour ne passe sans que son cœur ne souffrir d'être avec sa famille, at-il dit.
Avec l'arrivée récente de plus de 1.000 estimés boat people rohingyas dans le sud de la Thaïlande, Noor de prendre sur la crise des réfugiés de ses compatriotes est assez simple: arrêter de traiter les Rohingyas réfugiés dans leur propre pays et leur donner la citoyenneté. Obtenir réinstallés dans un pays tiers n'est pas par choix, at-il dit, il est d'une nécessité. Comme la rencontre de la Communauté économique de l'ASEAN (AEC) se rapproche, il croit qu'il va rejaillir positivement sur le gouvernement du Myanmar à accepter les Rohingya comme son propre peuple dans les yeux du monde entier. Il a dit que tout ce qui suit ne devrait pas être un problème parce que tout ce qu'ils veulent, c'est la nationalité du Myanmar.
'' En dépit d'être traités avec dédain, les Rohingyas se sentent encore fortement liée au Myanmar,'' dit-Noor. '' Un chien errant est traité mieux que nous parce que le chien peut au moins se battre pour une place sous le pont. Nous n'avons pas ce privilège.
Le trafic humain'' est à la hausse,'' at-il dit, ajoutant à la suspicion que les fonctionnaires sont parfois impliqués.
'' Ils peuvent faire ce qu'ils veulent avec un Rohingya parce que nos lèvres sont scellées par crainte de représailles.''
Après le déjeuner, il cuisiniers, Noor nous chante une chanson qu'il a écrit sur le sort des Rohingyas.
Les paroles sont en thaï et en parler un oubliées, perdues personnes qui n'ont nulle part où aller et aucun endroit pour appeler la maison _ une course pitoyable qui ne devrait jamais être né. Flétri et évité sans faute de leur part, c'est ce qu'il chante et c'est alors que la chanson se termine.
Il sonne comme une complainte, mais en fait, c'est un plaidoyer.


Posted by Picasa

Aucun commentaire:

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin

Recherche Google : Thailande

Live Search - Actualités : THAILANDE

FORUM FRANCO-THAI

Ma liste de blogs