29 juin 2007

Les travailleuses du sexe




Référence : Life as a Thai sex worker BBC News

La vie en tant qu'ouvrière thaï du sexe


Bangkok est une destination notoire pour tourisme sexuel. Mais les vies des ouvriers du sexe de la ville sont pleines de danger, de maladie et de la nécessité pressante d'envoyer de l'argent à la maison.

Pim, qui a récemment quitté son travail dans un gogo bar, a une histoire typique.

"j'ai grandi dans la campagne dans Phetchabun, en Thaïlande du nord. Mes parents étaient des fermiers et je les ai aidés dans les champs. Nous étions pauvres mais nous avons toujours eu assez à manger.

Quand j'avais environ 15 ans, ma famille est tombée en morceaux. Mon père a toujours beaucoup bu , mais cela s'est aggravé et, et il a commencé à devenir violent. Ainsi ma mère, ma soeur et moi sommes parties.

J'ai voulu étudier pour devenir infirmière, mais quand mes parents ont divorcés j'ai dû quitter l'école et trouver du travail comme journalier, pour les fermiers locaux. Je n'ai pas aimé et c'était seulement payé 100 bahts (2 €) par jour.

À cette époque, une bonne amie est allée travailler à Bangkok, et quand elle est revenue au village elle m'a dit qu'elle gagnait beaucoup d'argent là bas en tant que serveuse.

Il y avait des commérages dans le village rapportant qu'elle n'était pas que serveuse, car elle envoyait à maison du baht 10.000 ($300) par mois, mais elle l'a toujours niée.

Elle m'a demandée de venir avec elle lorsque j'avais 16 ans mais j'étais trop effrayée. Quelques années après, quand j'eus donné naissance à ma fille, et séparé de mon mari, j'ai changé d'avis.

J'ai laissé mon bébé à Phetchabun avec ma mère, et je lui ai dit que j'allais gagné de l'argent à Bangkok. Mais je ne lui ai pas dit ce que je faisais - je ne l'ai toujours pas fait. Elle aurait honte.

'Puis-je faire ceci?'

Quand mon amie m'a embauché dans un gogo bar à Nana Plaza pour la première fois, j'ai été vraiment choqué. Je n'avais jamais été à un endroit comme cela avant, et au début je n'ai pas même su ce que les danseurs faisaient.

Quand j'ai finalement réalisé, je ne pouvais pas le faire et je me suis enfui du gogo bar. J'ai continué à penser que 'puis je vraiment faire ceci?'

Au début j'ai décidé de travailler juste comme serveur, mais les danseurs gagnaient beaucoup plus l'argent, et par la suite j'ai accepté de faire danseur aussi.

Pour le premier mois, les propriétaires de gogo bar permettent aux filles d'obtenir leur plein salaire même si elles travaillent juste comme danseuses. Mais ensuite il faut faire au moins de 10 clients par mois, ou les salaires sont réduits.

La prostitution est techniquement illégale en Thaïlande, mais la loi est très rarement imposée

Les évaluations du nombre d'ouvriers du sexe varient de 30.000 à plusieurs millions. La plupart d'entre eux travaillent plutôt avec les hommes locaux qu'avec les touristes sexuels.

La plupart des prostituées viennent du Nord de la Thaïlande , alors que d'autres sont du Laos ou de Birmanie .

La prostitution d'enfant et le trafic est également connue pour être un problème

Mon premier client était un homme occidental dans la trentaine. Il était effrayant et je vraiment ne l'ai pas aimé, mais j'ai juste pensé à l'argent.
Je ne pouvais pas compter sur son départ, et j'ai pris une très longue douche. J'ai commencé à pleurer, et pensé et à la honte de mes parents s'ils savaient ce que je faisais.

Aucun de mes clients ne m'a jamais interrogé au sujet de ma vie ; ils s'en moquent. Une fois un type m'a demandé si j'étais ok, mais je n'ai pas su quoi dire, et j'ai regardé au loin.

Lorsque je travaillais dans les gogo bars, j'ai souvent été inquiété par la maladie, et également par la sécurité. Quelques filles gagnent plus en faisant des extras avec des hommes hors des gogo bars, mais j'ai toujours préféré la salle du haut, étant trop effrayée par les risques.

Une amie est allée avec un type à hôtel, et elle a trouvé la bas beaucoup d'autres hommes. Elle n'a pas voulu me dire ce qui s'est passé après, mais elle a tremblé longtemps après être revenu à la maison.
J'ai également eu quelques expériences effrayantes moi-même. Une fois un japonais m'a suivi jusque chez moi tout en hurlant. Les taxis peuvent également menacer d'interdire à des filles, et nous n'osons rentrer à la maison qu'en groupes.

Regarder en avant

En dépit de ces problèmes, des nouvelles filles arrivent toujours. Beaucoup de clients préfèrent des enfants ou de jeunes filles, et les propriétaires de gogo bars nous ont toujours encouragés à recruter des adolescents dans nos villages

Quoique je m'y soit habitué, j'ai toujours détesté travailler dans les gogo bars. Je m'y suis fait quelques bons amis mais cette vie n'avait rien de bon.

Je me suis senti fière d'envoyer de l'argent à la maison, mais je ne me suis pas sentie fière de moi. Rapidement, j'ai été pénalisée car je n'obtenais pas assez de clients.

C'est alors qu'un ami à moi m'a parlé de Nightlight [ une formation et un emploi de charité chrétienne pour d'anciens ouvriers de sexe, dans des usines ].

Depuis que j'ai commencé travailler là, ma vie est tellement meilleure. Je ne gagne pas autant que dans les gogo bars, mais je me sens mieux et le sgens m'écoutent et me respectent. J'ai maintenant l'occasion de regarder en avant. Je veux finir l'école où j'étudie la comptabilité, ainsi je pourrai avoir un salaire pour que ma fille ait une bonne vie.

Je souhaiterais ne jamais être devenu un ouvrier de sexe. Je pense quelques hommes étrangers pensent qu'il est normal de payer le sexe ici en Thaïlande, comme ils pensent que les filles veulent réellement faire ce job.

Mais ces hommes ne comprennent pas que la plupart d'entre nous n'a aucun choix - nous sommes juste ici pour gagner de l'argent pour nos familles, en attente d'une chance de nous en sortir."



1 commentaire:

kca a dit…

Et comme a l' habitude la ridicule excuse pour conclure. Il faudrait arreter le delire et rappeller que tout est une question de noblesse de caractere, et de self respect.

Au vietnam, par exemple, 90% des eboueuses sont des femmes, qui gagnent a tout casser 40$/mois en se cassant le dos a ramasser la merde des autres sans se lamenter.
Alors losqu'une travailleuse vient me tomber des excuses a la con alors qu' elle se tape environ 500$/mois, en ecartant juste les jambes ????? Il faut tout de meme pas deconner et arreter de s' apitoyer de ses choix de vie.

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin

Recherche Google : Thailande

Live Search - Actualités : THAILANDE

FORUM FRANCO-THAI

Ma liste de blogs